mercredi 17 août 2016

BURKINI : beaucoup de bruit pour rien


Beaucoup de bruit pour rien !
Dans tous les médias, le port du « BURKINI » est mis en avant. La classe politique s’en est emparé que ce soit de droite ou de gauche. J’ai essayé de faire le point d’une manière objective en me posant des questions :

1/ C’est quoi un burkini ?
A ma grande surprise, c’est une marque déposée par une Australienne Aheda Zanetti crée alors sa société, Ahiida, et dépose les designs de ses produits en 2004 et commence à les commercialiser
 A partir de  2006, elle dépose également les marques « BURKINI » et « BURQINI » en Australie et dans plusieurs autres pays.
Ce n’est donc pas une création  du début de l’islam au VII siècles

2/ Effet de mode ?
L’illustration que j’ai mise montre que la mode est un éternel recommencement. Des années 1900  au XXIème siècle on est passé de tenues presque identiques  au «  burkini » au bikini , sans parler des plages de nudistes qui avaient fait les choux gras de la presse.

3/ Coté pratique du concept « burkini » :
Qui ne va pas rêver, rétrospectivement de porter  un « burkini » s’il se trouve dans un banc de méduses ? ou pour se protéger des ardeurs du soleil quand il a été brulé au second degré ?

4/ Les interdictions de port sont elles justifiées ?
Les débateurs sur l’arrivée du « burkini » sur les plages et dans les piscines devraient se souvenir que le « bikini », créé par un Français , Louis Renard, en 1946 avait été interdit sur les plages de France, Belgique, Espagne et Italie en 1949 !

Sous prétexte de laïcité, ne devenons pas intolérants. La laïcité ne me semble pas compatible avec le fanatisme insensé.
Quand le premier ministre déclare : "Je comprends les maires qui, dans ce moment de tension, ont le réflexe de chercher des solutions, d'éviter des troubles à l'ordre public." je suis choqué !

En quoi, un « burkini » est il plus dangereux qu’une combinaison de plongeur pour l’ordre public ?
S’il est normal d’interdire dans les piscines le port d’un « burkini » au même titre que le port d’un short pour se baigne, il n’en est pas de même sur une plage.

Si l’espace public « doit être préservé des revendications religieuses » comme l’a dit Manuel Valls, il aurait fallu interdire toutes les processions du 15 aout  qui se sont déroulées partout en France au Puy-en-Velay, Lourdes , Laval, etc..
Le risque de ces interdictions qui touchent  tout particulièrement les musulmans est d’arriver à les radicaliser.
Soyons laïques en ne nous immisçons pas dans les pratiques religieuses. Nous risquons par ce radicalisme à rendre impopulaire aux yeux du monde le beau concept de laïcité.


1 commentaire:

Isabelle v a dit…

c'est un faux problème ce Burkini monté en boucle par les politiques pour cacher leur incompétence (de tout bord, je précise). tout à fait d'accord pour que cela soit interdit dans les piscines, pour une raison d'hygiène entre autre.
pour les plages, c'est plus problématique.Cela me rappel le problème du voile il y a quelques années ... c'était très anecdotique, peux de personnes en portaient quand cela a été interdit ... après l'interdiction, en 6 mois de temps, les voiles se sont multipliés ! c'est devenu un acte militant de porter un voile ! je présume qu'il en sera de même pour le burkini. A l'époque j'étais bénévole associative dans un quartier dit difficile à Montreuil et je me souviens très bien de la réaction de certaines femmes que je rencontrais à la ludothèque. Nous avions prédit une multiplication du voile et force est de constater que cela est devenu la tenue la plus usitée dans certains quartiers. Je suis féministe, je trouve stupide ce burkini qui doit être très incommode pour se baigner et évoluer dans l'eau. Mais si on interdit le Burkini, on devrait interdire aussi aux manouches de Sainte Marie de la mer de se baigner en robe, on devrait interdire de rester habillé sur la plage ? de se tremper les pieds quand on garde sa robe sur sois parce qu'on a pas envie de se mettre en maillot, qu'on a froid, ou autre ? c'est litigieux. je présume que les élections 2017 vont surfer sur la vague de l’intolérance et de la fracture communautaire. Je prédis un joyeux bordel et un débat au raz des pâquerettes, a droite comme à gauche; en attendant, le sentiment d'être rejetés car étranger est très fort, et les français originaires d’Afrique du nord (pour exemple) se sentiront de moins en moins français, agressions, provocations, souffrance, indifférence, autant de réactions que de personnes... N'oublions pas que la France a toujours été un pays de mélange, car c'est une terre du bout, acculée à la mer, et nombreux sont nos ancêtres, venus de partout, qui se sont heurtés à cette frontière liquide. Les terroristes sont en train de gagner. Après la peur, la fracture de notre bel idéal social et démocratique. Je redoute le pire pour l'avenir.